• 34753 visits
  • 20 articles
  • 208 hearts
  • 3585 comments

26/09/2009



BLOG EN PAUSE !
 
Excusez-moi sincèrement de le stopper maintenant mais je n'ai plus le courage de continuer à écrire ma fiction. Plusieurs raisons : pas de temps, pas d'inspiration, trop de travail, une vie en dehors de mon ordinateur et je ne peux pas tenir les délais. Alors, au lieu de vous faire patienter et ensuite me prendre des "tu pourrais mettre la suite, ça fait quatre mois que tu n'as plus publié !" je préfère vous dire aujourd'hui que ce blog est en pause pour une durée indéterminée.
 
Aussi, excusez-moi, mais sachez que vous êtes juste extraordinaire comme lecteurs.
Ne vous en faites pas, il existe un milliard d'autres fictions Dramione bien (dans mes amis, par exemple ;]).


EDIT DU 23 FÉVRIER 2012 : Comme vous l'avez sans doute constatez, mon blog est définitivement arrêté (je le reprendrai peut-être un jour mais ce n'est pas prévu dans mes plans...). Aussi, quand je me suis reconnectée dessus j'ai été très étonnée de voir tous ces commentaires positifs que vous aviez posté ces derniers-mois. Je me suis dis alors que je pouvais vous donnez le lien de ma page Facebook (qui ne concerne en aucun cas l'univers d'Harry Potter) où vous pouvez retrouver mes écrits : Utopiquement tienne :) 
En espérant qu'elle vous plaise, et quelques likes de plus ne seraient pas de refus ! ;)

Une Dramione, c'est plus que de l'amour, c'est de la passion. C'est ce qui fais rêver. 06/05/2008

Play the video
Magnifique vidéo Hermione/Drago

Amis du jour : Bonjour !
Amis du soir : Bonsoir !
Amis du sexe : Désolée, ce blog n'est pas porno. 

En premier lieu, je voudrais remercier J.K.Rowling, pour nous avoir livrer ces personnages merveilleux, ainsi que son histoire originelle, qui me permet d'imaginer la mienne.
Hermione-Fanfiction repars pour une nouvelle fiction toujours sur le couple Granger/Malefoy. Merci à tous les gens qui me sont restés fidèles quand je n'étais pas là pour gérer le blog. Si vous voulez être prévenus, allez sur l'article du dessous.
Je me suis demandée pourquoi le couple Hermione/Drago fascine tellement, et je pense que j'ai enfin la réponse : c'est un couple impossible, de la haine à l'amour, et personne ne les imaginait ensemble. Ils avaient trop de différences, mais si, dans nos fictions, ils s'aiment tellement, c'est aussi pour nous prouver qu'un véritable amour existe bien quelque part, même si c'est nous-mêmes qui le créons.
Je vous souhaite une bonne visite, si vous avez des critiques à me faire, n'hésitez pas mais qu'elles soient constructives.
J'espère que la fiction vous plaira.

L'auteur : Je m'appelle Léna, j'ai 14 ans, et pour le reste, c'est ici.
Annuaire de fiction : dramione-annuaire-XY


xPremière Fiction : Renaissance
Hermione Granger et ses amis, Harry Potter, Ron Weasley reviennent à Poudlard pour leur dernière année d'étude. Hermione, toujours aussi sérieuse et sobre se fait agressée. Peu après, elle perd complètement confiance en elle. Cependant, c'était sans compter sur le nouveau professeur de Défense Contre les Forces du Mal, n'y sur son homologue. La vie à Poudlard change, changeant avec elle la jeune fille en quête d'amour et d'émotions.
Ce qu'il faut savoir : Rogue, Dumbledore, Lupin, Voldemort, Fred et Tonks ne sont pas morts.
 

Les prévenus 29/10/2008

Renaissance : Chapitre I 16/01/2010

___Un froid anormal se déversait sur Londres, le ciel se couvrait de nuages noirs et les habitants le contemplaient d'un ½il inquiet. Le soleil brûlant avait disparu en quelques secondes, et une fine bruine tombait à présent sur les rues Londoniennes. L'atmosphère était lourde et inquiétante sans pour autant que quelqu'un ne sache en quoi elle l'était. D'un coup, un éclair déchira les nuages et les passants rentrèrent au plus vite chez eux, laissant derrière eux, et sans le savoir, une tête de mort à la place de l'éclair.

___Dans un jardin où le soleil irradiait de mille feux, Hermione Granger était allongée sur l'herbe fraiche. Le teint frais, la chevelure reluisante la montrait encore plus belle que d'habitude. Elle portait une robe simple et fleurie qui la rendait naturelle et attachante . Elle arborait sur ses lèvres un sourire magique, un bout de bois posé près de sa tête . Elle profitait du soleil, l'été étant bientôt fini. Bientôt, elle devrai rejoindre Poudlard et se consacrer à l'activité qu'elle aimait le plus : étudier. Revoir Harry Potter et Ron Weasley, ces amis de toujours et serrer dans ses bras Ginny, la petite soeur de Ron. Ils lui manquaient tous, mais elle était contente de ses vacances. Un été à rêvasser, ses parents n'étant pas là durant un mois : ils avaient décidé de revisiter l'Angleterre, et Hermione avait préféré rester à la maison. Elle avait revu des amis "d'avant sa vie de sorcière" pourtant elle passait le plus clair de son temps seule avec ses livres, ce qui lui convenait parfaitement. Sa peau était très halée et elle se sentait resplendissante. La rentrée dans deux jours et pourtant, au contraire des autres années, elle n'angoissait pas. Elle se sentait légère, libre, et heureuse pourtant, elle n'aurait pas su dire pourquoi.
Durant les vacances, elle avait appris deux nouveaux sorts plutôt amusant : Angatum qui servait à faire des chatouilles aux gens et Poffilance qui lui était fait pour ensorceler des objets en les mettant aux services de la personne qui avait lancé l'incantation.
Hermione se releva doucement, pieds nus dans l'herbe, et se dirigea vers la maison pour se préparer un cocktail de fruit, comme elle aimait le faire habituellement. Qu'elle ne fut pas sa surprise quand elle vit les valises de ses parents dans le salon ! Ils étaient rentrés et seulement à présent, elle se rendait compte à quel point ils lui avaient manqués. Tous deux étaient dans la cuisine, assis sur deux grands tabourets, en train de parler de leur voyage avec un large sourire. Hermione se jeta dans les bras de sa mère dès qu'elle la vit, et fit de même avec son père quelques secondes après.
- Chérie, j'ai l'impression de ne pas t'avoir vu depuis des années ! s'exclama sa mère, radieuse, en la prenant une nouvelle fois dans ses bras.
- Pourtant ça ne fais qu'un mois... Je suis contente de vous revoir, vous m'avez manqué !
- Toi aussi, ma puce, lui répondit son père en l'embrassant sur le haut du crâne. Au fait, le départ pour Poudlard, c'est bien dans deux jours non ?
- Hein, hein.
- Tu as fait ta valise alors ?
- Non, pas encore, mais je la fait juste après mon cocktail !
- Ton cocktail ? lui demanda sa mère, bizarrement surprise.
- Hm, bah oui ! s'exclama Hermione, tout sourire.
Elle leur en prépara puis monta préparer sa valise, comme son père lui avait conseillé. Elle mit dedans au moins dix jeans, trois col-roulés, pleins de chemisier et de T-Shirt, plus sa paire de Converses fétiche.
Enfin, elle redescendit pour poser sa valise dans le hall, qui attendrait le 1er septembre pour quitter la maison familiale.

__________________________________________

Voilà le premier chapitre, je sais bien qu'il n'est pas très attrayant mais je prépare le terrain pour l'histoire. J'espère que vous aimerez, si vous avez des critiques à me faire, n'hésitez pas.

Renaissance : Chapitre II 16/01/2010

___Drago Malefoy se trouvait sur le quai de la gare, sa mère près de lui, un sourire mauvais plaqué au visage. Il murmura quelques mots puis s'éloigna de sa génitrice, la laissant seule près des valises. Il se cacha derrière un pilier, et bientôt repéra Blaise Zabini dans la foule. Il l'appela et ce dernier le rejoignit vite.
- Drago ! Tu as passé de bonnes vacances ?
- Bonnes... ?! Mon père est en prison à présent, ma mère et moi avons du nous cacher tout l'été. Honnêtement, je n'ai jamais autant attendu une rentrée. A Poudlard, tout le monde me respectera toujours. Peu importe ce qui arrive aux Serpentard, ils règnent toujours en maître.
- Tu as raison. Je vais monter dans le train, il part dans cinq minutes, tu viens ?
- Oui, j'arrive, réserve-nous de bonnes places.
Blaise repartit en direction du train pendant que Drago allait chercher ses valises.
- Drago, cette année tu ne fais pas de bêtises, est-ce bien compris ? Avec tout ce qui nous ai tombé dessus..., commença Narcissa Malefoy.
- Ne vous inquiétez pas mère, je ne ferai rien pour attirer l'attention sur moi cette année.
- Bien, ça me rassure.
Narcissa embrassa son fils, et ce dernier monta dans le train, rejoindre Blaise qui avait ordonné à des premières années de partir. Il s'assit lourdement et posa sa tête sur la fenêtre.
- Drago, il se passe quoi ? demande curieusement Blaise.
- Non, rien de spécial, je suis simplement fatigué.
- Fatigué ? Merde, Pansy et les autres arrivent !
Drago se redressa brusquement, remis en place ses cheveux et plaqua sur son visage son sourire sournois.
- Oh mon Draginoucheeeeeet ! s'exclama Pansy en se ruant vers lui et en l'embrassant à pleine bouche. Tu m'as tellement manqué !! Je suis tellement contente de te voir !
Drago ne répondit pas, lui rendant simplement son baiser, pendant que son esprit était totalement ailleurs que quand la bouche de Pansy.
Crabbe et Goyle s'assirent à côté de Blaise, se frappant mutuellement comme à leurs habitudes. Quittant enfin les amygdales de Drago, Pansy s'allongea sa tête sur ses genoux en lui racontant son été qui avait l'air d'avoir été merveilleux. Drago, soucieux, lui répondait par hochement de tête, il n'essayait même pas d'être méchant avec elle. Blaise sortit un magasine de Quidditch qu'il lut avidement, et Drago s'endormit au bout d'une demi-heure de trajet.

___Harry, Ron et Hermione discutaient de leurs vacances avec amusement dans leur wagon. Harry racontait comment, une fois de plus, il s'était ennuyé à mourir chez les Dursley jusqu'à temps qu'il arrive chez Ron et Ron parla de toutes les bêtises qu'ils avaient pu faire ensemble et des nombreuses punitions de Mrs. Weasley. Hermione en rigola et commença à leur compter ses vacances :
- Je suis restée les deux mois chez mes parents, un mois où j'étais seule, l'autre où ils étaient là. C'était génial d'avoir la maison pour moi toute seule, j'ai pu faire ce que je voulais. Enfin, j'ai surtout bronzer et...
- Étudier, n'est-ce pas Herm' ? demanda Harry.
- En effet ! Et j'ai appris des nouveaux sorts, je vous les montrerai plus tard, il me faudra un cobaye.
- Un cobaye ?! Je sais qui il faut prendre ! s'exclama avec amusement Ron.
- Qui ?
- MALEFOY ! Je vais vous raconter. Son père est parti en prison, il a été pris en tant que Mangemort, mais il a acheté les journaux pour que ceux-ci ne disent rien, il ne voulait pas que sa famille souffre de ça, ou peut-être ne voulait-il pas se coller la honte après tout. D'après ce que mon père m'a dit, Malefoy et sa mère se seraient cachés durant tout l'été pour échapper à Vous-Savez-Qui et aussi aux journalistes avides que le père n'avait pas payés ! Bref, maintenant, les Malefoy ne sont plus du tout en sécurité car Vous-Savez-Qui essaye à tout prix de les retrouver afin qu'ils le "dédommage". A priori, il voudrait plutôt que bébé Malefoy rejoigne ses rangs pour prendre la place de son père et Narcissa refuserait de coopérer, du coup, ils sont presque en fuite. Mais Malefoy sera malheureusement en sécurité à Poudlard, vu que sa mère a demandé l'aide de Dumbledore en lui expliquant la situation !
- Ron ! Comment tu peux savoir tout ça ?! s'indigna Hermione.
- Mon père m'a tout raconté ! répondit calmement le concerné.
- Eh bien, on peut le dire : Malefoy est en danger. Avec tout ce qui lui est arrivé cet été, il ne nous créera pas d'ennuis cette année, à moi qu'il ne soit complètement fou, réfléchit Harry.
- Tu as raison, il ne le fera pas. Du moins, je pense pas. Regardez ! On arrive à Poudlard, il vaudrai mieux que l'on mette nos robes.

___Une heure après être descendu du train, tous les élèves de Poudlard se trouvaient dans la Grande Salle pour que la Répartition commence. Les premières années s'agitaient nerveusement et parlaient à voix basse, tandis que les "anciens" riaient très fort. La table des Gryffondor était joyeuse dans l'ensemble, tout le monde semblait heureux de se retrouver, tandis que chez les Serpentard, l'ambiance était presque aussi tendu que chez les premières années. Tout le monde savait ce qui se passait pour Drago et personne ne se risquait à parler tant que lui-même ne le faisait pas, hormis Pansy. Elle s'exclamait sur tout, critiquant n'importe quoi au passage, et l'embrassant à qui mieux mieux. La répartition commença et se fini avant même que Drago ne s'en rende compte, ce qui le frustra un peu plus.
- Un peu de calme s'il vous plait ! s'exclama Albus Dumbledore. Je souhaite la bienvenue à tous ceux qui viennent de rejoindre notre école. Permettez-moi de vous présentez maintenant nos deux nouveaux professeurs : Miss Green, votre nouvelle professeur de vol et Mr. Corner, votre nouveau professeur de Défense Contre les Forces du Mal. Madame Bibine est parti en retraite à la fin de l'année dernière, alors j'espère que vous serez aussi aimable avec Miss Green que vous ne l'étiez avec elle ! Sur-ce, bon appétit.
Les assiettes se remplirent de nourriture et les élèves de jetèrent dessus. Quant à Drago, il observait les autre manger, la mine dégoûtée. Cependant, il dévia son regard et ses yeux rencontrèrent ceux de Miss Green. Il la connaissait déjà, sa mère lui avait présenté cette fille comme épouse, dans les moments où elle essayait de le fiancer pour avoir une lignée sûre et pure. Drago l'avait rejeté, mais pas par méchanceté : parce qu'il ne voulait pas se marier si jeune. Miss Green lui adressa un sourire ravageur et se reporta dans la discussion qu'elle avait avec Mr. Corner.
Hermione, quant à elle, regardait avidement Mr. Corner, comme toutes les filles de la salle. Il était tellement beau qu'elle faillit en tomber à la renverse.
- HERMIONE ! Tu m'écoutes ou quoi là ?! s'impatienta Ron.
- Hein ? Oui je t'écoutes.
- Très bien, qu'est-ce que je viens de dire ?
- Quoi ? Oh mais je n'en sais rien ! Je suis fatiguée voilà tout, je ne sais plus.
- C'est ça ouais...
Harry essaya de calmer le jeu mais n'y réussit guère : décidément, l'année commençait bien.

____________________________________________

Voilà le deuxième chapitre, j'espère qu'il vous plait. Comme vous avez plus le constater Miss Green est Taylor Swift et Mr. Cornert est Taylor Lautner et oui je suis fan ^^'

Renaissance : Chapitre III 17/01/2010

___Minerva McGonagall appela Hermione et Drago après le repas de début d'année. Hermione quitta à regret Harry et Ron, même si elle venait de s'embrouiller légèrement contre ce dernier, alors que Drago laissa les autres sans un seul mot. McGonagall les emmena dans son bureau où ils s'assirent respectivement le plus loin possible de l'autre.
- Miss Granger, Mr. Malefoy, comme vous le savez, chaque année, il y a deux préfets-en-chef en septième année : une fille et un garçon de deux maisons différentes obligatoirement. Cette année, le professeur Dumbledore et tout le corps enseignant a décidé de vous élire vous deux comme préfets-en-chefs.
- Préfets-en-chef professeur ?! C'est... EXTRAORDINAIRE ! s'exclama Hermione, au paradis.
Drago ne dit rien, et se contenta de lever les yeux au ciel.
- Ça ne vous fait que ça comme effet, Mr. Malefoy ? demanda aigrement McGonagall.
- Je suis très heureux d'être promu préfet-en-chef, mais j'aurai réellement aimé que ça soit avec... quelqu'un d'autre.
McGonagall ne répondit pas à sa remarque désagréable et continua :
- Nous espérons qu'en vous mettant vous deux, une Gryffondor et un Serpentard, les liens entre ces deux maisons se resserreront vu que les Serpentard ne sont pas... amis avec beaucoup de gens, n'est-ce pas ? Voilà, je vais vous montrer vos nouveaux appartements et vous expliquez plus en détail votre nouvel tâche.
Elle se leva d'un pas vif suivi de près par Hermione et plus loin par Drago. Ce dernier avait beaucoup grandi durant l'été et il dépassait d'une bonne tête Hermione. Sa maturité avait aussi "grandi" à moins que ça ne sois sa froideur envers tout le monde qui est augmentée. Mais peu importe, il s'en fichait. L'important, c'était de rester distant avec tout le monde. Sauf peut-être avec Miss Green. Elle était sublime. Mais pas assez pour être sa fiancée, n'est-ce pas ?
Sans s'en rendre compte, Drago qui suivait Hermione et McGonagall se retrouva devant un tableau très grand représentant un homme en train de lire. Celui-ci tournait les pages à une vitesse alarmante et levait de temps en temps les yeux de son livre pour se les frotter.
- Bonjour Cornus, dit McGonagall en regardant le portrait.
- Oh ! Minerva ! Avez-vous le mot de passe pour faire entrer ces deux jeunes individus ? lui demanda sournoisement Cornus, ou plutôt le tableau.
- Bien sûr que je l'ai. Ailes de chauves-souris !
Et le tableau pivota sur lui-même, cachant derrière lui une fine porte en bois.
- Voilà, derrière le tableau, il y a une porte et non pas un passage comme vous vous y attendiez je suppose. Je vous donne à chacun une clé pour ouvrir cette porte, et ne la perdez pas, sans quoi je serai obligé de sévir.
Elle ouvrit la porte et fit entrer les deux adolescents. Hermione était bouche-bée. Cela ne ressemblait en rien à la salle commune des Gryffondor. C'était beaucoup plus beau ! Il y avait un immense canapé beige clair en plein milieu de ce qui ressemblait au salon. Le feu ronronnait doucement dans l'âtre et il y avait une immense bibliothèque remplit de livres en tous genres, pour ravir Hermione.
Dans un coin, un escalier en colimaçon montait à une mezzanine tout en bois. McGonagall leur indiqua qu'en haut se trouvait leurs chambres respectives et qu'ils sauraient les reconnaitre eux-mêmes.
- Et la salle de bain professeur ? demanda Hermione, ayant peur de devoir la partager avec Drago.
- Il n'y en a qu'une seule et elle se trouve à côté de la chambre de Mr. Malefoy, répondit McGonagall, sans un seul sourire.
Génial, pensa Hermione. Elle devrait en plus se coltiner la salle de bain qui se trouvait près de sa chambre.
- Maintenant, je vous donne ce papier, il est écrit toutes les tâches que vous avez à faire en tant que préfet-en-chefs, continua McGonagall en leur tendant une feuille verte. Bonne nuit, vos valises sont déjà dans vos chambres.
Sur-ce, elle partit, laissant les deux ennemis l'un en face de l'autre. Drago jaugea Hermione d'un ½il mauvais et souffla d'un air lasse.
- Quoi ?! Tu as déjà un problème ?! s'exclama Hermione.
Drago ne lui répondit même pas, trop occupé à lire la feuille des préfet-en-chefs. Faire une ronde tous les soirs dans les couloirs, contrôler de temps en temps les préfets, faire respecter le règlement dans les couloirs... c'était chose faite.
- Granger, durant l'année qui va suivre, je te conseille de ne surtout pas me parler si ce n'est pour les tâches de préfet. Je sais bien que tu meurs d'envie d'avoir une raison pour m'adresser la parole, mais je vais te le dire : je ne voudrais jamais de toi, et être ton homologue me fait de la peine, j'aurai penser que je valais mieux que toi.
Hermione, hors d'elle après la tirade si cynique de Drago, le gifla violemment, et partit d'un pas vif dans sa chambre. Dès qu'elle entra dans la pièce qui lui était désormais réservée, elle eut un immense coup de foudre. Jamais elle n'avait vu un aussi bel endroit, surtout que celui-ci lui appartenait désormais ! Étant fatiguée, elle ouvrit une de ses valises, se mit en pyjama, et alla se coucher sans demander son reste.

___De son côté, Drago lisait un magazine de Quidditch dans sa chambre à lui. La gifle d'Hermione lui avait laissé une trace rouge sur la joue, mais il s'en fichait : cette peste ne perdait rien pour attendre. Pour l'instant, il préférait la laisser dormir du sommeil juste et attaquer un jour où elle ne s'y y attendrait pas. Sa nouvelle tâche de préfet-en-chef ne le mettrait certainement pas sous pression cette année, et ne le dérangeait pas plus que ça. Simplement, il aurait aimer que l'on choisisse quelqu'un d'autre pour coopérer avec lui. Il aurait tout de même dû s'y attendre : c'était la meilleure élève de Poudlard depuis des années, ainsi que la plus responsable, alors "le corps enseignant" comme disait McGonagall, aurait eu tord de ne pas la sélectionner.
En tous cas, il était bien heureux que la salle de bain fut de son côté, histoire de ne pas trop devoir s'approcher de la Sang-de-Bourbe. Il n'aurait manquer que ça ! Après tout, elle et ses "amis" étaient à éliminer le plus vite et aujourd'hui, il avait oublié d'être méchant, violemment méchant, avec elle. Éreinté par cette journée de début d'année, il alla se coucher en songeant à sa prochaine vengeance envers Hermione.

Renaissance : Chapitre IV 17/01/2010

___Le lendemain, Hermione se leva tôt pour son premier jour de cours de l'année. Elle avait hâte, et elle devait bien être la seule, à commencer les cours. Quelle belle perspective, tous ces sorts à apprendre, tous ces manuels à lire, tous cas devoirs à remplir ! Pour commencer agréablement la journée, elle prit son uniforme et sortit prudemment de sa chambre. Bien entendu, elle n'avait pas oublié ce qui s'était passé la veille avec Drago, alors elle tentait de l'éviter. Par chance, elle l'entendait qui ronflait doucement dans la chambre voisine et eut tout le loisir d'utiliser la salle de bain. Comme la veille quand elle avait découvert sa chambre, elle resta bouche-bée devant tant de luxe. Après une bonne demi seconde de béatitude, elle se dit qu'il serait dommage de se mettre en retard à cause d'une salle de bain, et se décida à entrer dans la douche. Jamais elle n'aurait imaginer que les préfet-en-chefs avaient de si beaux appartements ! Elle soupira d'aise quand l'eau brûlante se déversa sur sa peau, envolant avec elle la peur qu'elle avait de Drago. Elle sortit enfin de la douche, s'habilla et alla regarder les livres que la bibliothèque des préfet-en-chefs contenait. De tout. Absolument de tout. Des romans, des livres sur les Moldus, L'histoire de Poudlard bien évidemment, mais aussi des manuels. C'était un vrai plaisir de pouvoir ne serait-ce les contempler. Elle prit un livre concernant les Moldus et se plongea dans la lecture en attendant huit heure, heure à laquelle le petit-déjeuner était servi. Elle se passionnait tellement pour le roman qu'elle n'entendit pas Drago arriver, qui pourtant, n'avais pas fait une entrée discrète.
- Granger, c'est toi qui a utilisé la serviette bleue ?!
Hermione leva le nez de son bouquin et fut ébahi. C'était plus un corps d'Apollon qui se trouvait devant elle que celui de Malefoy. Il portait autour de la taille une serviette de couleur blanche qui mettait en valeur ses beaux abdos. Il était aussi musclé qu'Harry, Quidditch oblige, mais en beaucoup plus attrayant. Ben évidemment, Drago avait fait exprès de se montrer torse nu pour qu'elle bave sur son corps d'athlète, mais Hermione, malgré le fait qu'elle soit totalement éblouie par la vision qu'elle avait de lui, n'allait pas se laisser faire :
- Malefoy, je t'en prie va te rhabiller, les striptease très peu pour moi. Et OUI, j'ai utilisé la serviette bleue, mais je vois que tu en pris une autre.
Sur-ce, elle se leva et alla reposer son livre.
- Bien évidemment Granger, tu es tellement coincée et tu as tellement peur qu'un homme te touche que tu ne peux pas supporter des visions agréables !
Hermione soupira d'un air lasse, lui fit un doigt d'honneur et couru vers la sortie des appartements qui étaient désormais leurs. Heureusement que Malefoy était en serviette de bain, il ne pourrait pas la suivre dans les couloirs ainsi vêtu. Elle alla tranquillement vers la Grande Salle, pensant aux privilèges d'être préfet-en-chef. En entrant dans l'immense salle où le bruit des couverts s'entrechoquant était assourdissant, elle retomba sur Terre et se dirigea vers la table des Gryffondor.
- Hermione ! s'exclama Harry. Tu étais où hier soir ?! On t'a attendu longtemps figures-toi !
- Je suis préfète-en-chef ! Et j'ai des appartements privés, vous vous rendez compte ?! s'extasia Hermione.
- Laisse-moi deviner, la calma Ron, tu es préfète-en-chef avec Malefoy, non ?
- Euuh... Oui.
- Tu as tellement de chance ma chère ! UN AN ENTIER DANS LE MÊME APPARTEMENT QUE LUI ! Je t'envie tellement tu sais ! ironisa Harry.
- Oh c'est bon, hein ! Si vous pouviez voir dans quel luxe je loge vous retireriez tout de suite ce que vous venez de dire !
- Bien sûr que l'on verra "où tu loges" comme tu dis : tu vas nous inviter pas plus tard que ce soir, n'est-ce pas ?
- Bien évidemment ! Quoiqu'en réalité je n'y avais pas tellement réfléchi...
Ron lui donna un coup de point sur le bras, qui, pour lui était sans force, alors qu'Hermione failli avaler son toast de travers.
- RON ! Ça fait mal !
- C'est bon, excuse-moi !
Et il partit dans un grand fou-rire avec Harry. Hermione leva les yeux au ciel, signe qu'elle était dépassée par les évènements, et ce n'était pourtant pas souvent. Pendant que les garçons riaient à qui mieux mieux, elle regarda les alentours, voir les gens qu'elle connaissait, quand on regard rencontra celui de Malefoy, assis à la table en face de celle des Gryffondor. Il la regarda droit dans les yeux avec un sourire mauvais tandis qu'Hermione pouffait en silence. Désormais, elle savait ce qui l'attendait cette année : une bonne séance de rigolade. Avec Malefoy dans le même appartement qu'elle, elle ne risquait pas d'être déçue. Bien évidemment, lui ne prenait pas ça du tout pour un jeu, mais tant pis. Cette année, elle comptait la réussir, et sur tous les plans.
___Après le petit-déjeuner, le trio reçut les emplois du temps : bien sûr, Hermione avait plus d'heure de cours à elle toute seule que Harry et Ron réunit et comme chaque année. La journée commençait bien, du moins, Hermione en avait l'impression, car le premier cours de la journée était Défense Contre les Forces du Mal avec Mr. Corner. Seul inconvénient : les Gryffondor étaient mélangés aux Serpentard, comme par pur hasard. Certainement encore un plan de Dumbledore pour rapprocher les deux maisons ennemies. En même temps, les Serpentard étaient ennemi avec tout le monde !
Harry, Ron et Hermione montèrent au troisième étage pour assister à leur premier cours de l'année. Mr. Corner, encore plus séduisant que la vieille, attendait ses élèves sur le pas de la porte.

Renaissance : Chapitre V 20/01/2010

___Harry, Ron et Hermione entrèrent d'un même pas dans la salle, Hermione s'attardant le plus longtemps possible sur le beau visage de Mr. Corner, comme toutes les filles de la classe. On aurait même juré que Pansy Parkinson aurait détaché son regard de Malefoy pour sourire d'un air enjôleur au professeur. Bien entendu, ce dernier sourit à tout le monde en retour mais sans plus.
Le cours débuta normalement, présentation, explication du programme de l'année jusqu'au moment où il fit l'appel.
- Hannah Flower, Hermione Granger... Ah oui, c'est vous la si bonne élève dont on m'a parlé ! J'espère qu'avec moi aussi vous travaillerez aussi bien.
Hermione rougit et répondit fébrilement. Mr. Corner lui décocha un sourire supplémentaire puis continua l'appel.
A la fin du cours, Ron se jeta quasiment sur Hermione :
- Ben dis donc, comment tu lui as tapé dans l'½il !
- Ron, arrête ! Il m'a juste dit que je travaillais bien, pas de quoi en faire tout un plat.
- OK, il t'a aussi tapé dans l'½il j'ai compris. Tu sais que les relations prof/élève sont interdites à Poudlard ?! A force d'avoir lu L'histoire de Poudlard, tu devrais être au courant !
- Oh, Ron, ne commence pas ! Tu es tellement puéril !
- C'est vrai Ron, après tout, il a juste dit à Hermione qu'elle travaillait bien, renchéri Harry en faisant un clin d'½il à son meilleur ami.
Ron rigola et Hermione se renfrogna encore plus : décidément, on ne pouvait même pas être tranquille quinze secondes ici !

___Drago parcourait les couloirs, Pansy toujours collée à son bras.
- Tu sais, ma mère voulait m'acheter une nouvelle paire de chaussure, tu vois, le genre top tendance sur le Chemin de Traverse, mais mon père a refusé ! Et donc...
- Pansy ?
- Oui mon Draginouchet ?
- Tais-toi.
Il avait mieux à faire que d'entendre ses jérémiades toutes aussi bête les unes que les autres.
- Et pendant que tu y es, lâche-moi le bras. On se voit plus tard.
Sur-ce, il partit avant que Pansy ne puisse ouvrir sa bouche. Il avait une folle envie de profiter de l'absence d'Hermione pour mettre le bordel dans sa chambre. Une première partie de sa vengeance qui allait certainement déplaire à la Sang-de-Bourbe, mais qu'elle réparerait vite, voir trop vite. Mais il fallait bien un commencement à tout. Aussi, se dépêcha-t-il pour arriver aux appartements des Préfets-en-Chef avant elle, bien qu'il savait pertinemment qu'elle avait cours à cette heure-ci. Il monta à l'étage de la mezzanine et entra dans la chambre de la Gryffondor. Rien à signaler à pars que le lit n'était pas fait (je sais, c'est dur à croire venant d'Hermione !) et que quelques habits trainaient ça et là sur le sol.
Il ouvrit les tiroirs de la commande, à la recherche d'un objet avec lequel il pourrait faire du chantage. Là, derrière une pile de pyjama il trouva son journal intime, plus que ce qu'il espérait.
" Tu ne peux pas savoir à quel point je déteste cette fouine de Malefoy ! Dire que je vais devoir partager un an entier avec lui, ça me dépasse... Mais je me rassure : ce n'est qu'un an ! Et j'ai des privilèges. Sinon, je me suis encore disputée avec Ron (pour changer). Sans aucune raison valable, bien sûr, mais ça me fais toujours de la peine. Je suis folle amoureuse de lui, mais quand est-ce qu'il le verra ?! Je suis certaine qu'Harry s'en est rendu compte, mais il n'ose pas en parler, surtout que Ron est toujours là. Ça m'agace ! " Tiens donc, alors comme ça Granger était raide dingue du rouquin ? Et bien, maintenant Drago avait un argument pour lui faire du chantage. Et il aurait certainement plus de pouvoir sur elle en lisant en entier son journal qui avait l'air très intéressant. Pour ne pas attiré l'attention sur le fait le journal était porté disparu, Drago sortit de la chambre sans tout envoyer volé, contrairement au plan d'origine. Il réintégra sa chambre, bien heureux d'avoir trouver ce joli carnet rouge comme nouvel instrument de torture envers la personne qu'il détestait le plus - hormis Harry Potter.

___Cette personne en question était à des années lumières de se douter de ce que Malefoy manigançait. Les rune anciennes la fascinaient et elle était extrêmement attentive au cours, prenant des notes sur tout et n'importe quoi. Bien entendu, tel est là le rôle d'une bonne élève, mais Hermione faisait mieux que ça : elle participait, faisait avancer le cours à elle seule et posait sans cesse des questions pertinentes. Quel plaisir de pouvoir enfin retomber dans les parchemins remplient de signes étranges que seule elle et les quelques courageux qui assistaient au cours pouvaient comprendre.
Bientôt, l'heure se termina et elle rangea ses affaires à regrets, pourtant elle avait hâte de retrouver Harry et Ron pour manger. Ce derniers l'attendaient derrière la porte en se racontant des blagues sur le Quidditch. Hermione leur sourit et commença à écouter leurs âneries jusqu'à temps qu'ils touchent un point sensible : la réflexion de Mr. Corner à son égard.
- Mais vous n'avez pas bientôt fini ! C'est un pro-fes-seur ! Vous comprenez ou non ?!
- Calme-toi Mione, on te taquine ! s'exclama Ron.
- Peut-être, mais c'est pas drôle du tout.
- Si tu n'as même plus d'humour...
Hermione ne répondit rien, essayant de ne pas s'énerver. Pourquoi l'embêtaient-elle autant avec cette stupide histoire ? Il l'avait juste complimenté sur son travail, rien de plus. Et voilà que Ron en rajoutait une couche, et que Harry rigolait comme un bossu. Parfois, Hermione se demandait quel âge mental ils avaient réellement. Arrivée dans la Grande Salle, elle fut contente de s'assoir près de Ginny pour entamer une conversion quelques plus intéressantes. Cette dernière lui parlait énormément de Harry en ce moment, mais jamais quand il rôdait dans le coin. Aussi, ce midi-là, elle embraya sur Dean Thomas, son petit-copain officiel pour qui elle n'avait pas vraiment de sentiments : il servait à ce que Ginny oubli au plus vite Harry ce qui était limite mission impossible. La rousse se plaignait du fait que Dean était soi-disant trop collant et qu'il la suivait partout, mais bien sûr, elle ne disait ça que pour la forme, sinon elle adorait qu'on l'aime à ce point-là. Hermione rit du caractère de sa meilleure amie et lui raconta sa matinée, et sans que Ginny trouve bizarre la remarque de Mr. Corner.
Hermione avala une bouchée de jelly qui se trouvait dans son assiette et regarda droit en face d'elle : un Malefoy pas avenant du tout lui jetait un des sourire dont il avait le secret, la mettant mal à l'aise.

___La journée passa lentement, Hermione savourant le plaisir d'être de nouveau en classe pour étudier. Elle passa à la bibliothèque faire quelques devoirs après que ses cours se soient terminés, et remonta dans ses appartements.
Drago était visiblement en train de se reposer en face de la cheminée, lisant une nouvelle fois un article sur le Quidditch qui avait l'air de le passionner. Hermione ne lui prêta guère attention et monta rapidement dans sa chambre pour poser son sac et se détendre un peu. Une envie folle d'écrire dans son journal l'avait pris quelques minutes auparavant et elle le cherchait en vain. Peu importe, se dit-elle, elle avait du le mettre autre part, et elle allait lire en attendant.
Elle prit un nouveau livre, cette fois une histoire de romance Moldue et descendit pour s'assoir dans un des fauteuils confortables du salon. Drago arborait toujours son sourire à la fois ravageur et destructeur, et continua sa lecture dans le silence. Il se leva soudain, faisant sursauter Hermione qui était prise dans son roman, et s'exclama :
- Je te fais aussi peur que ça, sale Sang-de-Bourbe ?! Eh bien tant mieux.
Celle-ci leva les yeux au ciel, refusant de se battre. Il monta dans sa chambre et s'y enferma, au cas où la Lionne voudrait venir lui répliquer quelque chose.

___Lire le journal de cette Granger est une chose, songea Drago, le comprendre en est une autre ! Il aurait aimer parfois lui demander plus que précisions sur quelques phrases qui l'intriguaient. Comme "j'aimerai parfois lui dire ses quatre vérités !" ou encore "ça me tue de devoirs leur tenir compagnie !". Si il avait été sûr qu'elle parlait bel et bien de Weasmoche et Potter, alors lui leur aurait montrer ça sous le nez, malheureusement, il n'était pas à cent pour cent certain de ces conclusions et préféra laisser tomber pour le moment les quelques phrases qui le dérangeaient. Déjà, il savait qu'elle était raide de Weasmoche, c'était un bon début, ensuite il fallait qu'il puisse avoir quelques informations supplémentaires sur elle, ce qu'elle aimait et détestait... Pour ça, il avait un nouveau plan : remettre dès le lendemain le journal à sa place, pour qu'elle continue à écrire dedans. Il le reprendrait quelques jours plus tard, et verra si les bribes de vie qu'elle y laissait était croustillantes ou non. Si non, il continuerai son stratagème jusqu'à avoir une nouvelle très intéressante et surtout gênante.
A vrai dire, depuis qu'il avait entamer la lecture du journal qui datait de la quatrième année, il avait du mal à s'arrêter de le lire : il aimait faire parti de la vie de la Sang-de-Bourbe sans qu'elle le sache, c'était très excitant. Il allait la faire souffrir à un point qu'elle regretterait toute sa vie d'avoir un jour osé le gifler. Elle allait tellement lui en vouloir et lui tellement s'amuser.
D'un coup, il se releva : il avait entendu du bruit. Elle allait certainement se coucher. Oui, la porte de la chambre d'en face claqua.
A une heure du matin, Drago se frotta ses yeux, endoloris par tant de lecture et décida que c'était à son tour de s'endormir. Il le fit sans tarder : à peine avait-il refermer le journal qu'il sombra dans un sommeil sombre où régnaient vengeance et humiliation.


________________________________________________

Voilà, déjà la fin du cinquième chapitre ! J'espère qu'il vous a plu ! En tous cas, merci d'être présent avec vos commentaires qui me font super plaisir. Et si vous voulez faire de la pub à mon blog, n'hésitez surtout pas xD

Renaissance : Chapitre VI 22/01/2010

___Une semaine était passée depuis que Mr. Corner avait fait sa gentille remarque à Hermione, et celle-ci ne cessait de s'avancer en Défense Contre les Forces du mal pour être la meilleure du cours, ce dont elle n'avait pas de mal.
Pendant qu'elle travaillait comme une malade, Drago en profitait pour lire son journal intime : malheureusement, depuis qu'il l'avait remis à sa place, aucune info intéressante n'était apparue au fil de pages. Elle parlait seulement du faite qu'elle travaillait énormément et qu'elle adorait ça, et qu'elle faisait des progrès considérable. Rien de bien nouveau sous le soleil, c'était certain.

___Harry et Ron marchaient dans les couloirs de l'École avec beaucoup d'entrain : ils allaient aux sélections de Quidditch, Harry étant le capitaine. Ron angoissait, son ventre se crispait à chaque fois que quelqu'un lui souhaitait bonne chance.
- Arrête, Ron ! Tu ne vas pas mourir et je suis sûr que je te prendrai, après tout, l'année dernière je t'avais bien pris.
- Peut-être, mais cette année, il se peut qu'il y en est des bien meilleurs que moi, et ce n'est pas difficile ! Tu sais, je pense pas pouvoir être à la hauteur, là...
- Tu as beaucoup de potentiel, voyons, alors n'angoisse pas à ce point. Tu sais si Hermione va venir ?
- Hermione ? Je pense plutôt qu'elle sera cloîtrée à la bibliothèque, après tout, elle a déjà peur de rater ses ASPICS. Sérieusement, tu ne trouves pas que cette fille s'acharne trop sur les études ?!
- C'est dans sa nature, elle a toujours été comme ça.
Ils arrêtèrent leur discussions, enfin arrivés devant le stade de Quidditch. Ron déglutit bruyamment, transpirant à grosses goûtes.
- Allez vieux, t'inquiètes pas, ça va bien se passer ! le rassura Harry.

___Hermione courrait comme une malade dans les couloirs de l'École : elle était très en retard pour les sélections de Quidditch, et pourtant elle se devait d'y être, après tout c'était ses meilleurs amis qui y était. A force de s'enfoncer de plus en plus profondément dans la bibliothèque qu'elle connaissait pourtant par c½ur, elle avait totalement oublier les sélections et ça la stressait.
Enfin, elle sortit du château et bifurqua à gauche, direction le stade. Elle apercevait au loin des balais qui volaient dans tous les sens et entendait des cris, certainement provenant des supporters. Enfin, elle entra dans l'enceinte du stade, essoufflée d'avoir couru aussi vite. Elle monta jusqu'au dernier gradin et s'assit près de Luna Lovegood, qui assistait aussi aux sélections :
- Bonjour Hermione, dit Luna de sa voix rêveuse, tu vas bien ?
- Oui... oui, et... toi ? lui répondit Hermione en reprenant son souffle.
- Oui, je vais bien, merci. Si tu veux savoir, pour le moment, Harry a l'air de beaucoup hésiter pour choisir les membres de l'équipe. Je suis ici depuis le début des sélections, et il a l'air soucieux... Tu trouves ça normal ?
- Hein ? Euh, pourquoi pas ?
Luna ne répondit pas et Hermione préférait ça. Elle observait Ron qui avait l'air de lutter contre son balai pour ne pas que celui-ci le renverse, à l'inverse de McLaggen, qui se représentait pour le poste de gardien. Hermione n'hésita pas et reformula la formule :
- Confondus.
Comme l'année précédente, Cornac partit à l'opposé de la balle, et perdit ainsi le dernier tir. Ron reprit un peu d'assurance en voyant McLaggen manquer le Souaffle. Ginny, hors-pair au Quidditch, lança la balle de toutes ses forces sur Ron, qui l'arrêta avec brio. Hermione sourit, visiblement ravie d'avoir réussi son sort. Ainsi, cette année, Ron serait encore pris dans l'équipe. Bien évidemment, elle ne souhaitait que le bonheur de ce dernier, il était "tout" pour elle. Depuis maintenant maintes années, elle était folle amoureuse de lui, et ne pouvait s'empêcher de lui faire la tête pour un rien. Peut-être qu'un jour, plus tard, il se rendrait compte qu'elle l'aimait adolescente et là il s'en voudrait de l'avoir fait souffrir ainsi... Ou peut-être pas. Mais, en étant totalement honnête avec elle-même, elle devait admettre qu'elle trouvait très attirant Mr. Corner, comme toutes les filles en vérité, mais elle ne pouvait pas s'empêcher de le regarder quand il arrivait dans une pièce. Alors, elle était confronter à un dilemme : continuer de regarder Ron ou alors regarder Mr. Corner ? Bien souvent, elle optait pour la deuxième option, sachant qu'elle pouvait regarder Ron bien plus souvent. Et quand Mr. Corner la trouvait à le regarder, elle baissait les yeux et il lui souriait. Elle se surprenait souvent à penser qu'il la trouvait plutôt attirante. Bien évidemment, dès qu'une telle pensée lui traversait l'esprit, elle se giflait mentalement. Qu'elle idiote était-elle parfois !

___Après les sélections, elle attendit Harry, Ron et Ginny devant les vestiaires. Harry, en bon chef d'équipe, attendait que les derniers sortent des vestiaires. Ron était horriblement fier, et méprisait ceux qui s'étaient présentés au poste de gardien. Il bombait son torse, fier comme un coq. Ginny, qui était toujours prise dans l'équipe, se douchait encore.
- Félicitations Ron, je suis super fière de toi ! s'exclama Hermione en le prenant dans ses bras.
- Euuuh... Merci Mione, lui répondit Ron, plutôt surpris que cette dernière l'enlace de cette manière.
Néanmoins, malgré sa gêne, il lui rendit son étreinte. Hermione se détacha de lui et lui sourit. Bientôt, Ginny sortit et Harry put enfin fermer les portes.
- C'est génial, cette année, s'enthousiasma ce dernier. Nous avons une équipe bien meilleure que l'an passé, je suis certain qu'avec des entrainements réguliers on pourra facilement gagner la Coupe.
- C'est sûr, avec moi une nouvelle fois dans l'équipe, je suis sûr qu'on y arrivera ! rigola Ron.
- Vous et le Quidditch, soupira Hermione. C'est comme si vos balais comptaient plus pour vous que vos amis !
- N'importe quoi, Herm'. Tu comptes toujours plus ! la rassura Ginny.
Ils remontèrent jusqu'au château dans de nombreux éclats de rire.

___De loin, Drago les observait. Puis, ils disparurent dans le château, et le parc retrouva son calme habituel. Assis contre un arbre, à l'abri des regards indiscrets, il réfléchissait. Quand est-ce qu'il pourrait bien se venger de cette sale Gryffondor ?! Et pourquoi avait-il été choisis comme Préfet-en-Chef, alors que pour une fois, il aurait fallu qu'il reste dans l'ombre ?! Dans sa main, sa baguette émit quelques étincelles vertes. Drago la jeta dans l'herbe, agacé. Il posa sa tête contre le tronc et soupira bruyamment. Il ne comprenait pas ce qui se passait autour de lui. Être Préfet avec une Sang-de-Bourbe, son père en prison, un honneur à sauver, et la réputation des Serpentards qui se détériorait de jour en jour. Sa Salle Commune lui était devenue étrangère, et il ne voulait plus se rendre chez les Serpentards, ils le regardaient tous tellement bizarrement : un mélange de respect, de peur et de pitié.
Des bruits de pas sur les feuilles sèches le firent sortir de ses pensées.
- J'étais sûr que tu étais là, souffla Blaise en s'asseyant près de Drago. Tu vas bien Dray ? Tu es tellement distant ces derniers temps ! On dirait que tu nous évites...
- Non, non, c'est juste que... Que Pansy m'agace. Et qu'en réalité, j'ai beaucoup de trucs à faire, tu sais être Préfet-en-Chef c'est du boulot. Et partager des appartements avec Granger, c'est pas facile non plus.
- Tu m'étonnes. Elle est complètement tarée, non ? Du moins, on a cette impression en la voyant. Toujours avec ces foutus bouquins dans les bras, elle ne rit jamais !
- Ça, tu peux le dire Blaise. Elle est laide et tellement coincée... Jamais une fille n'avait été comme ça. Je pari que même la fille Weasley n'est pas aussi pincée.
- J'en suis certain moi.
Blaise ria à gorge déployée et Drago le suivit, plus par obligation que par envie. Parfois, il fallait jouer le rôle du méchant Serpentard sans c½ur, qui avait bien entendu toutes les filles qu'il voulait dans son lit. Sauf Granger.

_________________________________________________

Voilà, j'ai mis un peu plus longtemps à écrire ce chapitre là, faute d'inspiration par moment et surtout de temps. On voit déjà la relation Hermione/Drago se profiler, bien qu'elle soit plus visible pour Drago que pour la Lionne ! Celle-ci semble plutôt inspirée par Mr. Corner et Ron... Quoiqu'il en soit, vous verrez ses choix dans le prochain chapitre. :)

Renaissance : Chapitre VII 30/01/2010

___Bientôt arrivèrent les vacances pour Halloween : à Poudlard, c'était comme ça, pour Halloween, il y avait des vacances, après tout, c'était la fête des Sorciers et Sorcières. Dumbledore avait convié tout le monde à la fête, le soir du 31 octobre, vêtu de sa plus belle tenue, spécial Halloween, bien entendu. Il se doutait bien que personne ne se déguiserai en Sorcière avec un balais, un chapeau pointu et une baguette, mais néanmoins, il espérait qu'ils seraient tous en noir, au moins ça. Ou peut-être en orange.

___Un samedi, Hermione et Ginny décidèrent de se rendre ensemble à Pré-au-Lard pour trouver la robe parfaite pour chacune. Les garçons avaient préférés aller s'entraîner au Quidditch et les deux adolescentes étaient heureuses de se retrouver ensemble. Elles commencèrent par se rendre à Mouchon, la boutique très à la mode à Poudlard : chacune disait avoir trouver la robe la plus magnifique là-bas. Pourtant, les deux filles s'accordèrent là-dessus : il n'avait rien de particulièrement attrayant dans cette boutique. Elles errèrent plusieurs heures, entrant dans quelques magasins, cependant rien ne faisait l'affaire. Néanmoins, Hermione ne voulait que quelque chose de simple. Basique, même. Alors que Ginny voulait briller de mille feux, comme à son habitude. Les jambes en compotes, elles se rendirent aux Trois Balais, histoire de se reposer et de boire une Bière-au-Beurre.
- A vrai dire, commença Ginny, je suis vraiment déçue par Mouchon. Dire que toutes les filles - exceptées Luna, toi et moi - ne jurent que par leurs fringues, ça me dépasse. Je suis certaine que chez les Moldus, il y a des vêtements plus jolis, n'est-ce pas ?
- Eh bien... Ça dépend, comme partout en réalité. C'est vrai qu'il y a des choses sublimes, mais des fois, les Sorciers font bien mieux.
- Bon, en tous cas, moi, j'ai hâte de trouver cette robe parfaite. Je te préviens : je ne pars pas de Pré-au-Lard tant que je ne l'aurai pas trouver et peu importe qu'il soit minuit, je continuerai à la chercher ! s'entêta Ginny.
Hermione éclata de rire : décidément son amie avait toujours le mot qu'il fallait, même quand les situations semblaient désespérées.
- Et, au faite, Ginny, tu avances avec Harry ? demanda soudain Hermione.
- Comment ça avancer ? Disons juste que... je lui ai parlé.
- Et tu ne me l'as même pas dit ?!
- Eh bien... On va dire que l'on sort ensemble, mais on ne veut pas que Ron fasse comme avec Dean : qu'il le frappe. Du coup, c'est un peu un secret !
- Ah... Je vois, répondit Hermione, visiblement déçue. Je n'aurai donc aucune chance de vous voir vous embrasser.
- On ne sait jamais. Et toi, avec mon frère ?
- Oh, Ron ! Rien du tout, tu sais bien. Mais à vrai dire, je pense que Mr. Corner est bien mieux.
- Le prof de Défense Contre les Forces du Mal ?!
- ... Oui.
- OH MON DIEU ! Il est ma-gni-fique.
- Je sais, Ginny, je sais...
Après une demi-heure dans le bar, elles ressortirent, toujours armées de courage pour trouver leurs robes.
- Hermione, on a pas été dans cette rue, n'est-ce pas ? Je suis sûre que non.
- Eh bien, allons-y, pour voir ce qu'il y a.
Elles se dirigèrent dans une ruelle assez sombre, avançant quasiment à l'aveuglette. Au moment où elles allaient décider de rebrousser chemin, Hermione s'arrêta :
- Ginny ! Regarde là-bas. Il y a de la lumière. On ne sait jamais.
Et l'instinct d'Hermione avait été bon. Il s'agissait là d'une toute petite boutique de vêtements où il n'y avait pas un seul client. Il faut dire que l'emplacement du magasin ne laissait pas supposer que dans cette ruelle se trouvait une boutique aussi intéressante. A l'intérieur régnait une ambiance très chaleureuse, et une vendeuse à l'accent français très prononcé arriva dès qu'elles posèrent un pied à l'intérieur :
- Puis-je vous aider, mesdemoiselles ?
- Nous sommes à la recherche de deux robes hors-pairs pour le bal de notre collège, expliqua Ginny. Le thème est Halloween. Mon amie souhaiterait plutôt quelque chose de classique, alors que j'aimerai une robe qui attire les regards. Vous voyez ce que je veux dire ?
- Bien sûr. Suivez-moi.
Les filles s'enfoncèrent plus dans les rayons, et bien que la boutique soit minuscule, il y avait tellement de vêtement que l'on avait l'impression d'être dans la Grande Salle, à force de marcher.
La vendeuse regarda plusieurs robes d'un ½il critique puis en tendit une à Hermione. Cette dernière s'empressa d'aller l'essayer et ressortit de la cabine rapidement. Ginny s'autorisa un « Waouuh » d'exclamation pendant que la vendeuse se félicitait mentalement pour ce choix. La robe, aussi simple était-elle, mettait la poitrine d'Hermione en valeur. Elle était assez longue pour cacher ses cuisses, et Hermione était très fine vêtue du tissu. Elle était magnifique.
Puis, la vendeuse reprit sa tâche : il fallait maintenant qu'elle trouve une robe correcte pour la jolie rousse. Après plusieurs robes rejetées par Ginny, elle finit par trouver la perle rare. Ginny, très sexy, provocante et pourtant correcte, faisait un effet du tonnerre vêtue de cette robe. Pour les chaussures, Hermione resta très classique, toujours. Ses escarpins noirs allaient très bien avec sa robe, et étaient, eux-aussi, simples, ce qui lui convenait à merveille. De son côté, Ginny prit des chaussures à talons roses, pour mettre un peu de couleur dans sa tenue. Sa robe et ses chaussures combinés étaient magnifiques, et bien entendu, elle brillait de milles feux.
Une fois sortis de la boutique, elles rentrèrent aussi vite que leurs jambes engourdies leur le permettaient. La nuit était tombée depuis déjà bien longtemps et il fallait dire que sans les garçons pour les protégées, elles angoissaient un peu, seule, sur le long chemin en côte jusqu'à Poudlard. Pour détendre l'atmosphère, elles riaient quelques peu, mais le c½ur n'était pas vraiment là.
Enfin, quand elles virent les quelques milliers de lumières émanées du château, elles furent rassurées : saines et sauves, à bon port. Elles rentrèrent vite, se prenant au passage les critique de Rusard :
- Jamais à l'heure, les gens de nos jours... Ça fait deux heures que j'attends dans le froid ! Vous auriez pu vous dépêcher... Sales gosses...
Miss Teigne approuvait par des miaulements plaintifs et une fois Hermione et Ginny hors de vue de Rusard, elles explosèrent de rire. Décidément lui ne changerait jamais !

___Le 31 pointait presque le bout de son nez : le lendemain, ils feraient tous la fête. Harry et Ron s'en fichaient comme de l'an quarante : ce n'était qu'une soirée comme d'autre, alors que les filles piaffaient d'impatience. Cette fête allait être superbe. Et elles avaient surtout hâte de pouvoir porter leurs robes, et surtout de critiquer celles des autres.
- Les filles, vous êtes tellement différentes de nous, s'exclama Ron, en soupirant de manière comique. Les vêtements dictent votre vie, quant aux apparences n'en parlons pas...
- Ron, je ne savais pas que tu avais autant d'esprit, l'interrompit Hermione. Et c'est faux, les vêtements ne dictent en rien ma vie, les apparences non plus.
- Oui, c'est vrai Herm', mais tu es un cas à part toi, aussi !
- Quoi ? Je suis quoi ?!
Ron hésita, sentant qu'il venait de faire une bourde monumentale, et essaye de se reprendre :
- Tu es un cas à part, mais dans un sens positif ! Au moins toi, pas besoin de porter tes sacs de vêtements, n'y de te complimenter tous les jours...
Harry lui donna un coup dans les côtes, pour lui signifier qu'il s'enfonçait de plus en plus, et Hermione partit en courant de la Grande Salle. Non, mais ! Elle était une fille comme les autres après tout ! Elle pouvait très bien faire attention à elle, après tout... Et elle allait lui montrer à cet idiot, ce qu'elle pouvait faire !
De son côté, Ron essayait de se justifier :
- Mais tu comprends ce que je voulais dire Harry ! C'est elle, elle ne comprends jamais rien ! Elle est terriblement agaçante aussi !
- Je sais mec, mais qu'est-ce que tu y veux ? Et tu y es aussi allé un peu trop fort, là.
- Si on ne peut même plus exprimer son avis, aussi...

___Drago se promenait dans les couloirs du château, accompagné de Blaise, et bien évidemment de Pansy. Cette dernière le lâchait encore moins depuis que le bal était prévu, ne voulant pas qu'il trouve quelqu'un d'autre de mieux, ce qui n'était pas vraiment difficile. Malgré tous les efforts qu'il faisait pour qu'elle se détache de lui, Drago n'arrivait à être seul que pour aller dormir. C'est presque si elle l'accompagnait aux toilettes ! Pour respirer un petit peu durant la soirée du 31, Blaise et lui avaient conçu un plan, qui, ils en étaient tous les deux certains, allait marcher à merveille.
- Dray, tu sais à propos du bal, commença Blaise, je me demandais si tu voudrais bien que j'y aille avec Pansy.
Cette dernière se stoppa net dans le couloir, la bouche grande ouverte.
- Avec Pansy ? demanda Drago, faisant mine de réfléchir. Eh bien, moi je n'y vois pas vraiment d'inconvénients. Faut juste que tu vois avec elle. Mais bien entendu, tu me la rends après la soirée.
- Bien sûr.
Ils parlaient d'elles comme d'un objet sans valeurs particulières, cependant cela ne la dérangeait guère. Blaise voulait aller au bal avec elle ! Il était certain qu'elle y serait allée avec Drago, mais puisque Blaise l'invitait, elle n'allait tout de même pas refuser. Et puis, elle retournerait tout de même auprès de Drago une fois la fête passée. Le bonheur.

________________________________________

Voilà le chapitre VII terminé. J'espère que vous avez aimé, mais je me suis plutôt éclatée à trouver des robes et des chaussures là ! (je suis une fille, que voulez-vous ? :D) en tous cas, j'espère qu'il vous a plu.